On a tous un tamtam

7 sept

On a tous un tamtam.

Peut-être le chercherons-nous parmi tous nos objets dans les placards et autres recoins. Où juste nous dirons-nous : « Que nenni, je sais très bien ce que j’ai ou je n’ai pas, et je ne possède pas de tamtam. » Ou peut-être que nous validerons cette affirmation en pensant à notre instrument de musique sur lequel nous aimons à nos temps perdus taper des mains. Mais ce n’est pas de ce tamtam dont je parle.

Non, pour le trouver, écoutons plutôt ces moments où le bruit des moteurs disparaît et qu’il n’y a que le silence. Ce bruit semblable au diamant le plus précieux de l’univers est presque inaudible, mais dès qu’il est saisi,nous pouvons l’écouter même quand un boing 780 vole par-dessus nos oreilles.

Son bruit fait tamtam, tamtam, tamtam, tamtam…

Vous comprenez ?

Si nous avons la possibilité de lire ces lignes, c’est que nous en sommes dotés. Si nous respirons, dormons, mangeons, marchons… C’est que nous en sommes dotés.

C’est là le son du coeur.

On a tous ce tamtam, ce diamant inégalé. Sa richesse surpasse celle qui peut être réuni par les objets des cinq continents. Celui qui possède trois cents yatchs, le pouvoir, les dernières technologies, et un compte rempli de milliard ne saurait faire croire que ses richesses puissent arriver à la cheville de celle de son tamtam. Celui qui perd dans sa vie maison, argent, divertissement, travail, réputation, organe, restera à jamais pourvu d’une richesse inconcevable à chaque seconde. Sa crainte ne saurait venir que de son incapacité à entendre le chant de son tamtam, bien qu’il soit là.

Parce-que ce son entre aussi dans les oreilles de ceux qui ne l’entendent pas. De la même manière que ceux qui sont perturbés par les pensées qui passent, n’entendent plus les oiseaux chanter alors qu’ils sont des centaines ça et là autour de lui à siffler les rythmes de la nature.

Et à une majorité, ces lignes pourraient faire détourner le regard de ceux qui les lisent tant pour beaucoup ces idées peuvent paraître niaises. En effet, quand on a perdu cette oreille, subit la violence et la perte, comment croire à nouveau au chant du tamtam ? Quand on a essayé d’aller mieux par tous les moyens, thérapie, médecine, yoga, drogues, sexe, divertissements, sports et autres, et que rien n’a fonctionné, comment croire encore au chant du tamtam ? Si la frontière tient au fait de croire, elle sera vite franchit, car lorsque l’on expérimente il n’y a plus rien qui ne soit à croire.

La personne qui, à tout hasard, viendrait à expérimenter ne serait-ce qu’une seconde le chant du tamtam, comprendra que la Voie se trouve entièrement réunie dans ce son, et elle n’aura plus besoin de croire car elle saura.

 

En Inde autrefois vivait un mendiant qui avait bien du mal à soulager le creux qu’il ressentait régulièrement dans le ventre. Un jour parmi la foule de gens qui passait devant lui sans même le considérer, une personne fit tomber un bijou de sa poche. Le mendiant, aussi généreux et riche de coeur qu’il était, souhaita avertir cette personne qu’il l’avait fait tomber mais rapidement celle-ci disparue à travers la foule et il ne pu la retrouver. Alors il ramassa le bijou et alla demander conseil au Bouddha qui méditait tranquillement sous un arbre.

Mendiant : Que faire de ce bijou qui ne m’appartient pas ? Paraît-il qu’à lui seul il réunit les richesses de trois rois. Celui qui le possède pourrait vivre sans travailler et nourrir un palais une vie entière avec.

Bouddha : Cherche la personne la plus pauvre que tu puisse trouver dans ce monde et donne le lui.

Alors le mendiant se mit en chemin. Il croisa des mendiants, des yogis errants qui n’avaient pas de vêtements, des lépreux, des gens qui nettoyaient pour quelques pièces les toilettes d’autres gens. Mais personne ne voulu prendre son bijou. Il retourna voir le Bouddha.

Mendiant : Je n’ai pas réussi à trouver la personne la plus pauvre qui puisse être.

Bouddha : Quand tu regarderas au-delà des apparences et que tu verras vraiment les gens pour ce qu’ils sont, tu le trouveras.

Sur ces mots le mendiant reparti à la recherche de la personne la plus pauvre qui puisse être pour lui offrir ce bijou. Alors que personne ne voulait de son bijou, le mendiant croisa sur sa route un homme porté par un éléphant, vêtu d’or et entouré de nombreux gardes. Il avait l’air si riche. Le mendiant l’interpella et lui dit qu’il avait un bijou à lui offrir. L’homme habillé en or, très content, accepta ce bijou, mais rapidement il questionna le mendiant :

Homme vêtu d’or : Tu n’as aucune richesse, comment se fait-il que tu m’offres ce bijou ?

Mendiant : C’est le Bouddha qui me l’a conseillé.

Très intrigué, cet homme se dirigea jusqu’au Bouddha et lui demanda :

Homme vêtu d’or : J’ai la chance d’avoir reçue ce bijou des mains d’un mendiants, mais c’est grâce à vous. Comment vous est venue une idée pareille ?

Bouddha : Tu dois te sentir bien pauvre pour avoir tant besoin de ce bijou, au point de l’accepter des mains d’un mendiant. Suis-moi, abandonne cette avidité et tu te sentiras plus riche.

C’est ainsi que l’homme devint le disciple du Bouddha.

 

On pourrait dire qu’en la compagnie du Bouddha il entendit le son que faisait son coeur et passa le reste de ses jours à jouer du tamtam.

Mais qu’est-ce que le coeur ? Certes il est un organe. Certes il va s’arrêter et ne dure pas dans le temps. Pourtant il est la porte que passe l’esprit pour accéder au diamant incommensurable, ce diamant qui était là avant la vie et sera encore là après la mort. Il est plus simple de parler du coeur car ceux qui n’ont plus le souvenir de ce diamant ne savent plus comment le ressentir.

Le coeur lui est perceptible par chacun. Essayons de localiser à quel endroit nous situons la conscience dans le corps, cette chose qui fait l’expérience de notre environnement. Souvent nous entendons notre raisonnement intérieur, cette petite voix qui est entre les deux oreilles, au niveau de la tête. Descendons ce point au niveau du coeur, concentrons nous totalement sur la zone du coeur, et déjà la vie change. Les éléments extérieurs se perçoivent à cet instant à partir du ressenti et non plus d’une analyse logique. C’est de renifler la vie avec le coeur dont il s’agit. Les mots donc disparaissent, ou peuvent venir essayer après coup de retranscrire l’expérience par des phrases.

 

Quand les choses n’ont plus de mots, elles changent de visage. Et alors une reconnaissance s’opère. Tout ce qui passe dans le champs du regard semble être quelque chose d’intime, de connu. Nous percevons alors des personnes que nous ne connaissions pas avant avec les mêmes sentiments que si nous voyions nos parents, nos enfants ou notre propre reflet. Nous accueillons alors tout ce qui se présente face à nous. Comme nous l’accueillons, il n’y a plus de séparation entre nous-même et la chose extérieure, que ce soit une personne ou un objet. Alors le temps disparaît et le mouvement se fige. Le temps n’a plus lieu d’être car il est calculé selon un mouvement entre deux points différents. Or ici il n’y a plus rien qui soit différent. Nous sommes partout, et tout don que nous faisons, nous le faisons en fait à nous-même. Donner devient alors une richesse infinie et nous sommes en capacité de laisser partir tout ce qui passe entre nos mains si quelqu’un d’autre est dans le besoin. Plus non plus de différence entre les vivants et les objets. Les murs et le mobilier sont également le miroir du coeur. L’inanimé devient animé et nous avons le sentiment de voir un mur comme un membre de notre famille, ou comme nous-même. Le bonheur est partout. Même la tristesse, les pensées qui nous confrontent, les événements tragiques, sont perçus comme notre propre reflet. Le poison se transforme en ambroisie et nous ressentons plein d’amour dans chaque difficulté qui apparaît. Les difficultés deviennent alors des bûches que l’on utilise pour nourrir un feu d’éveil. Ce qui était considéré comme Soi se reconnaît à présent dans tout. Soi n’est donc plus le corps, et la mort disparaît.

 

Tout ça est trop simple pour être facile à faire. C’est pour cette raison que beaucoup aiment pratiquer une vie d’exercices spirituels complexes, de visualisations sophistiquées et autres. Ils ont besoin de cette complexité et n’acceptent pas que ça puisse être aussi simple. C’est pourquoi aussi cet enseignement vient souvent en dernier, comme s’il fallait avoir un doctorat pour le comprendre et l’intégrer. Si ceux qui se lançaient dans un de ces longs parcours savaient qu’il y avait ça en fin de chemin, peut-être que par refus ils s’écarteraient à jamais de la Voie et préféreraient alors somnoler parmi les illusions. Mais heureusement ces longs parcours sont souvent des méthodes qui ont été bien réfléchies dans le but de déstabiliser cette façon de penser qui cherche la complexité et se détourne systématiquement de la simplicité qu’il considère comme niaiserie.

 

Combien d’énergie jusque là nous avions dépensé à refuser les choses, nous protéger d’éléments considérés comme extérieurs à soi-même ? Quand on sait qu’il n’y a rien à faire, rien à rejeter, rien à désirer, rien à ignorer, alors tout devient parfait. Autrefois on voyait une vague, à présent on sait que la vague n’existe pas, qu’elle n’est qu’une expression de l’Océan. Chaque pensée, même la plus perverse, n’est que le déséquilibre d’une intention positive fondamentale qu’il suffit de reconnaître. Il en est de même pour chaque comportement, chaque émotion. Les travaux sur l’attachement de John Bowlby, de Freud encore, ou d’autres psychanalystes, démontrent comment nous, humain, souffrons d’un sentiment de séparation. Selon leurs théories, nos névroses, nos états-limites, nos psychose, sont un déficit de notre rapport au monde dont la cause serait en lien avec cette relation primordiale à nos parents. Nous cherchons alors à la réparer auprès de notre monde actuel. Bien voilà, avec le tamtam, il n’y a plus rien à réparer, ce rapport est définitivement rétablit.

 

L’ultime à savoir, c’est que chacun le sait, donc chacun passe à autre chose. C’est d’un niveau maternel voir primaire alors les gens s’en détournent. Pourtant le but, c’est la fusion avec la Grande Mère, l’Expérience Première. Mais si ça saute aux yeux, ça ne veut pas dire que chacun a la capacité de le mettre en pratique au quotidien. Reprenons donc les choses les plus simples et les plus niaises pour les mettre en pratique, car c’est souvent celles que nous avons laissé de côté tant elles paraissaient faciles qui sont en fait les plus puissantes.

 

Sachons qu’à chaque seconde de vie qui passe, et particulièrement dans les moments difficiles, quoi qu’il arrive, nous pouvons prendre ce moment pour écouter le tamtam, et tout ira à jamais pour le mieux.

 

Est-ce là la pierre philosophale ? Dans tous les cas cette pratique transforme le plomb en or, et la souffrance en bonheur.

 

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Deux oiseaux (la suite) |
Christinedalmolineirl |
annoucrpe |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vanessarhnimes